Slasheur : je cumule plusieurs métiers

Cumuler les métiers, c’est le leitmotiv du slasheur. Chères Allumées du Casque, vous serez peut-être intéressées par en savoir un peu plus sur ce phénomène. Il prend de l’ampleur et contente de plus en plus de travailleurs.

Pour certaines, cumuler les jobs est en effet un moyen sûr de ne jamais s’ennuyer. De vivre à fond leurs différentes passions. De rester curieuses au monde qui les entoure et donc de se sentir heureuses et épanouies dans leurs jobs.

La Slasheur est celui qui a travaillé et trouvé son ikigai. Nous en avons parlé la semaine dernière dans cet article : “Trouver son Ikigai”. Il a trouvé sa raison d’être et cela lui permet de slasher entre plusieurs jobs sans s’éparpiller. Voyons donc tout cela précisément !

 

Slasheur : le véritable Couteau Suisse Pro

Profession Slasheur : un métier d’avenir

Le slasheur a de beaux jours devant lui. Cette forme de travail a le vent en poupe. Ce modèle pourrait même devenir la norme d’ici quelques années. Actuellement, en France, 16 % de la population active entrerait dans cette catégorie, soit près de 4,5 millions de personnes. Même si le cumul d’emplois existe depuis longtemps. Par exemple, les personnes essayant tant bien que mal de “boucler les fins de mois”, en exerçant plusieurs « petits jobs ».

Le slasheur moderne en a fait un véritable choix.

Le modèle classique du métier exercé durant toute une vie est en train de disparaître.

Selon Mireille Barbe (Auteur du livre « Profession slasheur : cumuler les jobs, un métier d’avenir ») :

« Les moins de 30 ans feront en moyenne 13 métiers dans leur vie. Et pourtant à l’école, on nous demande encore de choisir 1 métier ».

 

Profession Slasheur: Cumuler les jobs un métier d'avenir

 

Il est effectivement difficile pour la génération des Millenials (ou génération Y) de se projeter dans la norme du travail de l’activité unique et du CDI.

Ces jeunes, nés entre le début des années 1980 et le milieu des années 1990, sont les premiers à « naître » avec l’ordinateur et Internet entre leurs mains.

Ils vivent dans la culture de l’immédiateté.

Ils sont de plus grands voyageurs que leurs aînés.

Ce sont des aventuriers pour qui la carrière doit être vécue comme telle : une aventure enrichissante et enthousiasmante. Leur permettant d’explorer les différentes facettes de leur personnalité. Cette définition s’applique totalement au profil du slasheur.

Mais rassurez-vous, il est possible d’être un vrai slasheur dans l’âme même en ayant 40 ans !

Il faut au contraire profiter de ce contexte favorable pour laisser libre cours à ses rêves les plus fous et se dessiner la carrière dont on rêve.

Vous cumulez job en entreprise et travail indépendant ?

Vous exercez une activité de responsable commercial le jour et vous vous transformez en actrice sur une scène de théâtre le soir ?

Vous travaillez au sein d’un grand groupe et vous donnez des cours à l’université quelques jours par mois ?

Vous aimez le changement ? C’est dans la variété que vous vous épanouissez ?

Alors, vous êtes sûrement une slasheuse en puissance !

 

Cumuler plusieurs jobs : un contexte économique et social favorable

Le monde de l’entreprise doit aujourd’hui s’adapter et innover rapidement. Passer d’un projet à l’autre en faisant preuve de polyvalence répond à ce besoin d’agilité des entreprises.

Les slasheurs sont ainsi très appréciés dans les grandes structures comme dans les start-up. L’objectif est de libérer le potentiel et la créativité des personnes qui travaillent. Alors que ce soit en tant que salarié ou en indépendant, le slasheur répond parfaitement à ces nouveaux enjeux.

L’essor fabuleux des nouvelles technologies et du numérique a largement contribué à l’apparition de ce phénomène. Le slasheur 2.0 dispose d’outils numériques proposés sur le web qui lui permettent d’exercer plusieurs activités, souvent de chez lui.

Les cas concrets qui prouvent l’intérêt du digital sont pléthore :

  • se former en ligne,
  • créer son blog et utiliser les réseaux sociaux pour se faire connaître,
  • organiser son activité grâce aux agendas et to-do-list numériques,
  • partager son travail avec ses associés et/ou ses clients via les espaces de partage numériques,
  • trouver des clients par le biais des plateformes de mise en relation.

Exercer simultanément plusieurs activités procure au slasheur un sentiment de liberté, d’enrichissement et d’épanouissement personnel indéniable. Ses activités lui plaisent.

Mais attention, ce n’est pas toujours simple de jongler entre plusieurs jobs. Le risque de ne jamais rien faire jusqu’au bout existe. La sensation de dispersement également. Le slasheur doit également être un « pro » de l’organisation !

 

Être multitâches : astuces pour bien s’organiser

Un slasheur freelance peut rapidement surinvestir le domaine professionnel et peut être sujet au burn-out, au même titre qu’un salarié.

Sans cadre prédéfini. Sans hiérarchie pour lui assigner ses objectifs. Le slasheur est souvent confronté à la réalité des problèmes administratifs.

Le slasheur doit devenir le véritable chef d’orchestre de sa vie professionnelle.

 

Le slasheur est le chef d’orchestre de sa vie professionnelle

 

Nous allons voir ici quelques astuces d’organisation qui ont fait leurs preuves :

  • se fixer des objectifs et des priorités pour chaque activité ! S’il n’y avait qu’un conseil à donner, ce serait celui-là. Sans objectif précis, le risque est de ramer « à vue » et de se perdre. Prioriser ces objectifs est ensuite la façon idéale de « segmenter » ses activités et de cadencer ses journées. Évidemment, écrire ses objectifs, les échéances associées et les décliner en to-do-list quotidiennes permet de savoir où l’on en est (et de rayer les actions terminées, ce qui est bon pour le moral)
  • tenir un planning de sa charge de travail. Pas facile de quantifier le temps qui sera nécessaire pour effectuer telle ou telle tâche. Réfléchir et poser ses conclusions par écrit, permet de mieux garder le cap.
  • savoir doser son rythme entre les différentes activités. Les journées ne font que 24 heures. Il va donc être nécessaire, pour le slasheur, de répartir son temps de travail dans ces 24 heures (sans oublier le sommeil, la vie personnelle, etc.). Il est donc souvent recommandé de démarrer avec une activité principale et une ou des activités secondaires, en priorisant les efforts sur la première. Par exemple, 50 % de votre temps sera consacré à votre job principal et 25 % consacré respectivement à vos deux activités secondaires.
  • repérer les moments de la journée où l’on est le plus productif pour y dédier les tâches nécessitant le plus de concentration. Il sera en effet beaucoup plus efficace de plancher sur ce devis compliqué à 9 heures, si vous êtes du matin, qu’à 17 heures lorsque la fatigue arrive.
  • éviter l’isolement. Il est parfois difficile de passer ses journées seule face à son ordinateur. Il faut se motiver pour continuer et résister à l’envie d’une petite sieste dans son canapé après le déjeuner. Contrairement au salarié, le slasheur indépendant n’a pas de collègue à qui raconter son week-end à la machine à café. Ce manque de liens humains peut parfois être lourd à vivre. Les solutions pour rester motivé tout en entretenant des liens avec des personnes travaillant peu ou proue de la même manière sont nombreuses : espaces de co-working, ateliers de coaching collectif, rencontres et « réseautage » par exemple.
  • prendre du temps pour soi et s’écouter. Démarrer la journée par une petite routine quotidienne est alors très bénéfique : quelques minutes de méditation, suivies de quelques minutes d’exercice physique, un bon petit-déj, un coup d’œil à ses objectifs de la journée et c’est parti ! Le soir, le slasheur prendra soin de faire le bilan de sa journée et écrire ses objectifs du lendemain. Le slasheur maîtrise son agenda et son temps.

Le slasheur est promu à un brillant avenir. S’il sait s’organiser, il pourra mieux que quiconque accéder à l’épanouissement professionnel et à la joie de vivre.

Cependant, malgré la tendance actuelle, la société n’est pas encore totalement prête à accepter ces nouveaux modes de travail, surtout en France.

Parlez-en à votre banquier et vous verrez que cumuler les emplois, sous des statuts parfois différents, et notamment en tant qu’indépendant risque d’être un frein à l’obtention d’un crédit par exemple.

Vivre de ses passions reste encore une utopie dans l’imaginaire collectif.

Finalement, tout le monde n’est pas apte à devenir slasheur.

 

Slasheur : Une âme d'aventurière

 

Et vous ?

Vous sentez-vous l’âme d’une aventurière, curieuse, dynamique et polyvalente ?

Êtes-vous prête à vous lancer dans l’aventure du slash et rejoindre le rang de ces millions de personnes qui en ont fait une raison de vivre ?

Partager et commenter cet article s’il vous a plu !

Prenez Contact ici, si vous souhaitez aller plus loin dans votre projet de future slasheuse !

 

Le clin d’oeil du jour :

“Oser devenir Slasheuse : c’est abolir les clichés et participer au nouveau modèle économique de demain !”

Bonne journée Les Allumées du Casque !

 

Partager l'article
  • 15
    Partages
  • 15
    Partages

Cet article a 1 commentaire

  1. Hello ! Merci pour cet article qui met en lumière ce qu’est un slasheur 😉 Etant slasheuse dans l’âme, je te remercie 🙂 A bientôt
    Maité – Succès de Vente

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.